Bulletin d'inscription aux formations ADSPF

Association pour le Développement du Soin Psychanalytique Familial

Interventions en institutions

Formations / Supervisions

Lyon, Grenoble et hors agglomérations

Les formations

Parallèlement aux formations en intra, l'ADSPF propose des interventions de formation effectuées en institution, organisées « sur mesure » à partir des attentes et des besoins de ces institutions.

Compte tenu de son expertise en ce domaine, l'ADSPF centre ses interventions sur le travail psychanalytique avec les familles ou autour des familles en institution. Notre référentiel est psychanalytique et groupal, tant dans les théories que dans la méthodologie et la construction des cadres.

Nous intervenons dans de nombreuses institutions où le travail avec la famille apparaît comme essentiel pour la prise en charge : PJJ, Services de psychiatrie, EPHAD, Services AEMO, ITEP, SESSAD, IME, IMP, IMPro, CMP, CMPI, Hôpitaux de jour, CATTP, MECS, Equipes EJF, Hôpitaux généraux (pédiatrie, oncologie, etc.), Instituts de prise en charge de la surdité.

Les interventions sur mesure de l'ADSPF sont construites à partir des « cahiers des charges » proposés par les institutions et des échanges préalables à toute intervention :

  • Les thèmes ou interrogations particulières de l'institution, en fonction de la pathologie, de l'âge ou des problématiques des personnes accueillies, formateurs choisis en fonction de leur compétence dans le domaine demandé par l'institution.
  • Adaptation aux professionnels concernés, travail en groupes pluridisciplinaires ou avec des catégories professionnelles spécifiques.
  • Co-construction du projet de formation en fonction des jours dates et horaires, jours de formation groupés ou au contraire répartis dans le temps, en tenant compte des budgets disponibles.

Les supervisions, méthodologie et objectifs de la supervision du travail avec les familles

La supervision du travail avec les familles peut s'inscrire dans la continuité des interventions de formation effectuées auprès des institutions ou indépendemment.

L'objectif est :

  • d'améliorer la cohérence des équipes dans le partage des référents théoriques, méthodologiques et cliniques spécifiques au travail avec les familles ;
  • de les aider à fonctionner dans le co-étayage lors des difficultés rencontrées par les uns et les autres dans l'accueil des familles et les échanges avec elles ;
  • le travail d'élaboration sur la mise en place de thérapies, entretiens ou suivis familiaux, puis sur les processus déployés dans ces dispositifs ;
  • d'acquérir une autonomie de réflexion et d'élaboration clinique, tenant compte des aspects groupaux suscités par les familles et le travail en équipe.

Cette cohérence sera travaillée autour du partage de situations cliniques d'entretiens formels ou informels, mais aussi de l'appropriation des concepts théorico-cliniques qui peuvent être apportés succinctement dès que nécessaire tout au long des séances de travail ...

Lire la suite

Les situations familiales de plus en plus complexes et lourdes à assumer nécessitent un travail de réélaboration dans un espace où la pensée est moins pressée par l'urgence de l'action.

L'espace de supervision est un espace « sécurisé » narcissiquement et dégagé de la nécessité de la prise de décision.
Il fonctionne comme une chambre d'écho, où peuvent être déposés, « désintoxiqués » et remis au travail les contenus et effets des situations familiales complexes.
La construction des cadres d'accueil, d'écoute et de mise au travail se fait au fur et à mesure de leur mise à l'épreuve, dans la perspective d'une co-création groupale au plus près des exigences et nécessités des patients reçus. L'accent est toujours porté sur les effets des dispositifs, sur le matériel clinique recueilli et sur les professionnels qui doivent rester garants de ce cadre de soin : le fait d'être « bousculé » dans son cadre est traité ici comme du matériel clinique qui a vocation à être analysé.
La succession des séances est aussi une garantie sécurisante pour un travail dans la durée, l'évaluation des processus thérapeutiques, et pour les questions liées aux conditions nécessaires pour des séparations satisfaisantes permettant aux familles de s'appuyer sur leurs compétences auto-thérapeutiques même après la fin de la prise en charge.

La méthodologie de travail est groupale, c'est-à-dire que les professionnels sont associés dans la réflexion sur la situation clinique présentée : cette méthode enrichit le travail, elle constitue une expérimentation des échos et des échanges suscités par ce qui est en question, et elle fait aussi soutien pour les professionnels en questionnement ou en difficulté. Son intérêt est d'être utilisable par la suite dans les réflexions d'équipe quand cela est nécessaire.

Cette méthodologie a aussi l'avantage de construire une sécurité narcissique au sein des équipes, ce qui permet une réelle mise au travail des éprouvés, ressentis, sentiments, vécus parfois comme des manques de « professionnalisme » ou des manques de distance et de neutralité alors même qu'il s'agit de matériel clinique en soi, c'est-à-dire des indicateurs de ce qui est en jeu dans la situation, et, comme tels, à analyser et élaborer en groupe.
Parallèlement, le travail sur la clinique est pensé en vue d'une appropriation des concepts et de la méthodologie à partir des questionnements et difficultés révélées par les situations cliniques elles-mêmes.

Pour préciser les concepts utilisés, on peut en évoquer une liste, non exhaustive :
  • La notion de famille, celle de liens psychiques (alliance, filiation, fraternité), la question de la groupalité. La communication et la transmission intergénérationnelle et intragroupale.
  • Les mécanismes de défense familiaux.
  • Le cadre de la consultation familiale, et son apport diagnostic sur le fonctionnement familial. La question des indications de travail familial.
  • Qu'est-ce qu'un cadre et à quoi il sert. Définir les cadres d'interventions : mandat, méthodologie, organisation, limites.
  • Comment mobiliser les familles, recueillir leur adhésion dans un cadre d'injonction ou de conflits.
  • Les cadres d'entretiens : les différentes façons de rencontrer les familles, formelles et informelles. Comment organiser les dispositifs.
  • La dimension institutionnelle, les interférences entre dysfonctionnements familiaux et réactions institutionnelles (notion de transfert subjectal).
  • Processus de transfert familial/groupal.
  • La notion de situation traumatique familiale, ses impacts sur le fonctionnement familial et sur les équipes qui y sont confrontées.

Le superviseur a pour objectif de faire fonctionner les éléments de ce cadre de travail, de susciter l'élaboration et la mise en pensée des situations cliniques qui poussent à l'agir, de proposer des pistes de construction de cadres et de compréhension du sens et des enjeux en lien avec le transfert du « patient-famille » pris en charge, de soutenir et d'éclairer les professionnels dans leurs ressentis contre-transférentiels individuels et groupaux.